Crise's anatomy

10.12.10

This is the end (ou pas)

jim_morrison_narrowweb__300x425_0Ce matin j'ai fait tomber l'intégralité du rouleau de papier toilette dans la cuvette, pile au moment où je me disais : "Tiens ! C'est le dernier rouleau, va falloir aller à Monop" (je sais c'est honteux de faire ses courses à Monop quand on est au chômage mais je suis une sale bourge et on se refait pas !). Ça s'appelle la loi de Murphy ou LEM (loi de l'emmerdement maximum).
Ben le chômage, c'est pareil.

Je récapèpète pour ceux qui dorment au fond de la salle : un jour comme les autres en pleine crise des subprimes, avec des images de banquiers qui sautent par la fenêtre chez Pujadas, tu te dis "j'ai un de ces bols d'avoir un taff". Ce jour là, le boss de fin de niveau de Prince of Persia ta boite t'offre un joli carton pour te dire de dégager ton séant de SON chauffage (c'est son chauffage vu qu'il est actionnaire et pas toi). Loi de Murphy.
Ensuite y'a l'histoire du papillon à New York qui fait un tsunami à Singapour. Le battement de paupières du boss de fin de niveau fait que ton univers change du tout au tout, genre un peu comme une inversion des pôles ou le truc dément à la fin de "The day after tomorow" (je vous ai dit déjà ma passion pour le cinéma catastrophe de qualité) quand les mexicains finissent par accueillir les américains chez eux... Puis c'est l'effet boule de neige et genre d'un coup tes meilleurs amis de la life avec qui t'avais fait un pacte de sang vont vivre dans l'Oural. T'as les boules.
Du coup tu changes tout dans ta vie, non pas que t'aies réellement envie de tout changer, mais t'es bien obligé. Pis dans le lot des trucs à abandonner y'en a que tu regrettes pas comme le célibat. T'es dans l'enthousiasme de la création d'un monde meilleur pour toi et la planète, la frénésie du remaniement, le repositionnement de tes chakras (ça j'ai pas encore fait, c'est douloureux).
Et puis y'a un moment où, comme Jacques Chirac en son temps tu te dis : "Putain ! Deux ans !" (ok rien à voir mais c'est pour illustrer).

Donc 22 mois après mon premier post sur ce blog, ma vie a fait un tournant et moi avec.

Ça devenait critique, un peu comme quand on change de déco : après avoir changé 4 fois le canapé de place on est à cours d'idées et on est crevé (j'ai la métaphore pourave ce matin). Donc j'ai trouvé un job, genre ultra facilement sans me galérer une seconde, sans pleurer toutes les larmes de mon corps et sans imaginer une seule fois que j'allais finir par compléter mon RSA avec du faisage de frites chez Mac Crado. Je donc vais devoir briser le cœur de mon ami Pôle-Emploi, car oui lecteur désespéré : J'AI TROUVE UN KRAVAIL !!!!

Alors cher lecteur, je sais que tu te contrefous de savoir en quoi va consister mon travail (et je vais éviter la précision en la matière pour éviter que mon nouvel employeur ne découvre les écrits que commet sa nouvelle recrue)... Que je sois dresseuse de chatons, cantinière, tradeuse ou taulière ce qui t'intéresses c'est de savoir si mes amis vont revenir de l'Oural le blog va continuer.
La réponse est : I don't f... know (ceci est un indice sur mon nouveau job : je vais parler l'anglais).

Mais je te dis à très vite sur ces pages pour des détails croustillants sur ma rupture avec le Pôle-Emploi, et en attendant je m'en vais taquiner le requin en mer rouge pour fêter ça !

Posté par e l i s à 10:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


05.10.10

Finir bouffée par ses bergers allemands

renee_zellweger_as_bridget_jones_4En ce moment mon cerveau produit des choses étonnantes... Faut dire qu'entre le moment où je me lève et celui ou je me couche, contrairement à vous qui me lisez au bureau, j'ai du temps pour réfléchir.

L'autre jour, alors que j'étais affalée en yogging dans mon fauteuil je méditais au sens de la vie en feuilletant un essai philosophique, une pensée m'a foudroyée : le chômage c'est exactement comme le célibat...
Vous ne me croyez pas ?
Au chômage comme quand on est célibataire :
- on peut glander en yogging devant la télé à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit.
- on dit à son entourage qu'on est libre et heureux comme ça, à ne dépendre de personne alors qu'en fait on a les boulasses !
- quand on sort pour un rendez-vous on met le paquet, triple dose de maquillage, chaussures à talons, jupe sexy, coiffure impeccable, n'améliorant malheureusement pas notre potentiel séduction
- quand le téléphone sonne et que c'est un numéro inconnu on transpire sa race et on essaye de prendre un air décontracté pour répondre (ce qui ne manque pas de foirer à tout les coups)
- on est à jour de ses épisodes de Grey's Anatomy
- on fait de la gym suédoise pour pas dégommer les yorkshires dans la rue
- on se saoule pour oublier en chantant "All by myself"
- on voudrait vraiment très fort rencontrer Hugh Grant
- on vérifie hotmail, sa messagerie et même facebook 12 fois par heure (et bientôt twitter)
- on mange des knacki balls en buvant de la bière à la bouteille (à la réflexion ça on le fait quelles que soient les circonstances)
- on pleure 3 fois par semaine

Finalement les deux seules choses qui changent vraiment c'est le ménage (parce qu'au chômage, perso, j'ai développé un toc du style c'est jour de fête quand la vaisselle reste 12 heures dans l'évier) et l'épilation (parce que célibataire ça me semblait un chouilla accessoire et sous les leggings ça ne se voit pas).

Dans les deux cas, on a des moments de délire intense où on s'imagine qu'on va finir bouffée par ses propres bergers allemands, pour réaliser très vite qu'on n'a peur des chiens, donc qu'on n'en a pas à la maison, donc qu'il y a peu de chance que ça arrive (cqfd).

Posté par e l i s à 16:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

04.10.10

Comme une envie de meurtre

logo_pole_emploi_2Comme chacun sait, ou pas d'ailleurs, je suis entrée dans une phase de déglingue... Le chômage a été un compagnon sympa durant l'été, mais là ça commence à faire un peu ras la casquette, goutte d'eau du vase et en gros plein le cul ! (oui j'ai dit cul)
J'ai un mémoire à vomir rendre, qui m'ennuie profondément, qu'on se le dise... Je passe mes journées à regarder des annonces, envoyer des CV, donner des références, remplir des dossiers (bon et ok aussi manger des bo-buns, aller à la gym et surtout râler auprès de l'homme).
Bref c'est la déglingue, y'a des moments chouette (boire des bières au bar du marché) et des moments plus déglingue (je ne peux pas dire exactement en quoi ça consiste, j'ai une réputation à maintenir).

Bon, jusque là, et pour avoir consulté une experte de la déglingue du chômage c'est plutôt normal.
Mais voilà, aujourd'hui j'ai découvert que le pôle-emploi, mon amour depuis le début de cette belle aventure dans la friche des gens pas comme les autres, avait décidé... non, pas de me radier, mais d'opérer une tactique d'emmerdement maximum beaucoup plus raffinée cette fois : de baisser mes indemnités. Alors bon, je ne doute pas qu'il y ait une excellente raison à cela, genre guerre thermo-nucléaire en route, bien que, personne n'ait daigné m'en informer (je le sais parce que je sais faire des divisions), mais ça ne m'arrange pas vraiment en fait.
Je me suis dit que plutôt que de dépenser ce que je pourrai potentiellement récupérer en surtaxe du 39 49 (cause appel depuis un mobile) je pourrais me déplacer avec une arme de destruction massive au bureau dont je dépens... Zut ! Flûte ! J'ai déménagé en février dernier et je n'ai pas été réaffectée !!! Donc pas de bureau... (c'est beau !).
Du coup, je suis descendue dans la rue, et j'ai défoncé le yorkshire de la voisine à coups de Dr Martens pour me défouler. Ben quoi je vous avais prévenus ! Je suis en déglingue.

ps : aucun animal n'a été blessé au cours de l'écriture de ce post (promis !)


Posté par e l i s à 17:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23.09.10

La chaine des animaux

koala_298994Nota : je viens de créer une nouvelle catégorie, dans ce blog particulièrement bien ordonné et pertinent, qui s'appelle "procrastination", j'ai même pas mis de majuscule au "p" tellement ça en vaut pas la peine. Tout aussi utile que la catégorie "Martine à la ferme", la catégorie "procrastination" rassemblera donc les articles qui non seulement ne servent à rien (à part vous divertir n'est-il-pas ?) mais en plus me permettent de remettre au lendemain des trucs insignifiants genre "mon mémoire" (nan pas "mes mémoires").

Hier soir. En revenant de la gym suédoise, moi et mes 6 litres d'eau dans le tee-shirt on a découvert que l'homme avait découvert que Canal+ nous offrait généreusement 1 mois de chaînes en tout genre, gratis. Perso, ça ne me fait ni chaud, rapport que j'ai un comportement de golemutte avec la télécommande et un peu de mal à aller au delà de la chaîne 10 (faut appuyer plus fort sur les touches je crois) sans le bouton avec les flèches. Je suis claire ? Par ailleurs la seule émission digne de ce nom étant CSI Miami (Les essperts à Miami), diffusée sur la 1, je suis assez sereine.
A ce stade de mon captivant récit vous vous demandez bien pourquoi on est abonné à Canal+ ??? Sisi, lecteur, je devine ton interrogation existentielle... Et bien voilà, en juillet, y'avait une compèt de golf genre tremendous que tu peux pas la rater sinon t'es qu'un looser, et ladite compèt n'est diffusée QUE sur Canal+. Donc on s'est abonné pour 1 an (cqfd).

Bref... On a quand même regardé les chaînes pour voir si y'avait des trucs déments genre la chaîne des déménagements de l'extrême ou encore la chaîne des films catastrophe (clairement, mon genre cinématographique préféré). Donc, en faisant défiler la liste des 300 chaînes gratuites (QUI regarde 300 chaînes - donc 40 France 3 - honnêtement ???), on a découvert entre LCP (qu'on avait déjà) et la chaîne Passions-Sexe à Gogo, la chaîne Animaux !
Joie-bonheur, bonheur-joie, je m'y voyais déjà passant mes journées confortablement dans mon fauteuil, avec ma tisane et ma boite de kleenex à regarder les petits bébés koala, grogner dans leur eucalyptus et ensuite les bébés tigres lutter pour leur survie et se faire bouffer par la hyène...L'extase émotionnelle. Oui, j'aime bien pleurer devant les reportages sur les hérissons ! D'ailleurs je connais tous les animaux, je suis hyper calée ! (enfin sauf la fois où j'ai croisé un coati dans la forêt colombienne, et que croyant que c'était un ours, je me suis mise à pousser des petits cris d'orfraie : "La Galette ! Viens vite voir la bête !", je croyais le coati carnivore, en fait il bouffe du riz... ou du mac do quand il a la flemme de se faire cuire son riz).

Du coup - j'en reviens à ma chaîne d'animaux -, j'étais bien contente :

Moi : "Vas-y met la chaîne 74 c'est trop bien !"
Lui : "Non pas là."
Moi : "On peut avoir un chaton alors ?" (Ne jamais perdre espoir, telle est ma devise !)
Lui : "Non plus."
Moi : "Bon en échange on peut mettre la chaîne des animaux alors ?"
Lui : "Non toujours pas."

Puis, il a dit que c'était tard, tout ça, et il a éteint la télé et maintenant je sais pas où on retrouve les chaînes gratuites et de toutes façons le temps que je comprenne on n'aura plus l'offre démentielle d'animaux gratuits. Loose.

Posté par e l i s à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20.09.10

Toutouyoutou

gymOn a beau avoir naturellement un corps de rêves sans l'ombre d'un bourrelet et sans chair ramollie... comme moi... Et bien il faut avouer que, passé un certain âge, il devient important de remuer sa couenne de porcinette. Pour moi, le déclic a été une séance chez l'ostéopathe (65 euros dont 10 remboursé par la mutuelle) qui m'a quand même sorti un truc du style : "Nan mais là c'est tout pourri de partout, et puis comme vous n'avez aucun muscle, ça va pas s'arranger" et 3 minutes plus loin le renégat me balançait "Bon les côtes là, elles sont luxées, c'est parce que vous n'avez pas d'abdo". Après lui avoir écrasé sa tête de hyène fétide sur son banc de muscu de daube en plastique pourri, j'y ai répondu : "T'es con lui, si j'avais pas d'abdo je tiendrais pas debout". (chose que vous confirmera n'importe quel ignare qui a ouvert une planche anatomique).
Donc, je me dis, pour ma santé, qu'il faut faire du sport. L'an dernier, déjà, j'ai commencé 3 fois la natation, mais à cause de Marie-Thérèse j'ai pas pu continuer : "Mwé Madâââme, lé fewmé la piscine làààà". (Oui, je vais dans la seule piscine de Paris qui est fermée 4 mois et demi par an, mais il faut avouer que c'est la plus chouette).
Ma religion m'interdit le Club Med Gym (et par ailleurs ça sent la petite fille négligée qui se la raconte, j'ai trop envie de leur casser la gueule à toutes ses morues odoriférantes qui se croient belles*).
Donc, et pour la faire courte, je cherchais un sport : qui rabote le gras, qui ne fasse pas mal au dos, qui ne me ruine pas (hey je suis encore, et toujours au chômage) et où les filles ne soient pas des mochetés qui se regardent dans la glace parce qu'elles se prennent pour des gravures de mode...

Y'A LA GYM SUÉDOISE !

Vérifiez, c'est le seul sport qui cumule tous ces avantages et ait le mérite à Paris d'être un peu partout. (par ailleurs c'est une association, ce qui ne gâche rien).
Donc je vous explique la gym suédoise :
Côté tenue, faut mettre des vêtements légers, ne vous plantez pas hein, la première fois j'ai mis mon gros jogging que j'utilise habituellement pour regarder Grey's Anatomy au lit en baffrant du Nutella, c'était une très mauvaise idée, car à la gym suédoise tu transpires comme un petit marcassin qui coure après un gland. Donc le jogging au bout d'une heure, c'est un peu comme la bâche de la piscine : ça pèse 3 tonnes et c'est mouillé ! Donc on met un truc léger, blanc pour éviter les auréoles et la zone dans le bus du retour.
Ensuite comment ça se passe ? On arrive dans un gymnase chaleureux comme un gymnase et là y'a plein de meufs qui ne se la pètent pas, bien que... On sent tout de suite les "habituées", les baroudeuses de la gym suédoise, les nanas qu'ont de la bouteille, elle savent où poser leur gatorade et tout ! Mais bon, on se rend vite compte qu'elles ont raison de se la péter rapport que - elles - elles arrivent à coordonner les jambes et les bras. J'y reviendrai.
Là, y'a le prof, le nôtre il est shooté aux amphétamines transgéniques, il a la patate ! Bizarrement il commence ces phrases en français et les termine en anglais, ce qui peut donner : "Allez les filles, on y va, let's go for the échauffement" (en frappant des mains trop dynamique). Je le soupçonne de ne pas être vraiment anglais. Il n'est pas Suédois non plus, en revanche il écoute du disco (mais pas de Abba le troll !).
Bon, le principe de la gym suédoise c'est, entre autre, de coordonner ses bras avec ses jambes, ce qui a l'air facile quand on le lit et ce qui, me concernant, moi qui confonds gauche et droite, relève carrément du livre des records.
Allé, suis-moi lecteur, met un bon vieux tube de disco ou de New Wave bien entrainant et très vite tu mets ta main droite en avant et ton pied gauche en arrière, et tu alternes en rythme... tu sues pas ? Fais moi 30 pompes, 50 abdos à gauche, 50 à droite...
Si la coordination est vraiment impossible, tu fais comme moi, des grands moulinets de bras en faisant des pas de Dirty Dancing et tu sues à peu près autant que les autres. Le prof est bienveillant, il a compris que t'avais un problème au cerveau et te dit que dans deux-trois séances ça va le faire (parce que tu as menti, tu as dit que c'était la première fois que tu venais, alors que t'as écumé déjà trois salles dans Paris).
Bref au bout d'une heure tu as éliminé tout le vin de la semaine, et même si t'as pas attaqué la couche graisseuse t'as tellement chaud que tu penses que t'as perdu du poids donc t'es bien contente. Tu reprends le bus, avec tes baskets-running, parce que c'est important pour ton égo que les gens voient bien que ton teint violacé et les mèches collées sur ton front sont dus à l'effort et non pas seulement à l'alcool. Par ailleurs il est essentiel que la maréchaussée comprenne bien que ton toc potomane est dû au sport et non à la prise d'ecxtasy.


* J'ai mes raisons pour dire ça mais j'ai pas envie d'être poursuivie pour diffamation.

Posté par e l i s à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :