maillots

Dans une galaxie très très lointaine, en des temps très très reculés, j'ai travaillé pour des campings naturistes. So. Once upon a time, on m'a confié la mission, parce que mon chef venait de lâchement m'abandonner, d'aller faire une étude marketing d'un camping d'un genre plutôt à poils qu'à plumes. Et je suis sûre que le monde entier brûle de savoir comment ça se passe dans ces temples de l'orgie romaine où hollandais et chinois forniquent joyeusement au son de "Agadoudoudoupousselabananémoulcafé".

Oui, alors en toute hypocrisie, on m'avait rassurée sur le fait que les campings naturistes avaient été créés dans un esprit nature, liberté du corps, plutôt que dans un esprit "fesses", et que pour une réunion professionnelle, je n'avais pas besoin de tomber la culotte, ceci étant j'ai quand même flippé au moment d'enfiler mon tailleur de pubeuse pour la première réunion. Mes doutes se sont confirmés à l'arrivée sur le site, non pas que mes interlocuteurs aient choisi de me recevoir en tenue d'Adam, mais parce qu'ils venaient de recruter une toute jeune femme multilingue et pulpeuse pour s'occuper des clients non-francophones :

Eux : - Putain Robert, tu verrais le p'tit lot qu'on s'est trouvé en direct d'Amsterdam pour cette année !! Une bombe avec des obus que t'as envie de te rouler dans la dune avec. Je sais même pas si je vais la mettre à l'accueil, on risque d'avoir une émeute. Déjà, moi, j'ai envie de lui casser les pattes arrière rien que quand elle dit bonjour avec son accent teuton !

Moi : - Et sinon pour votre grille tarifaire...

Ca donnait le ton d'une entreprise qui rassemblait des milliers de touristes chaque année dans une promiscuité douteuse, où, quand on fait les courses au supermarché, le petit dernier a la tête au niveau des organes reproducteurs du voisin de bungalow. J'dis ça, j'dis rien. Dans ces camps, tout est prévu pour une (sur)vie en totale autarcie : supermarché à poil, boulanger à poils, boite de nuit à poils (le quart d'heure américain laisse rêveur), pétanque à poils (du meilleur effet : juste le bob Ricard et les boules de pétanque), l'élection de Miss Camping à poils et n'oublions pas le vélo à poils (mon préféré).
Alors certes, il existe une éthique du naturisme, un esprit de base baba et sincère, dans lequel on prône une liberté du corps sans excès. Mais perso je reverrai toujours ce patron de camp naturiste me scanner à travers mon tailleur étriqué de jeune diplômée et me dire : "Toi E l i s, t'as pas de copain ? Tu sais, tu viens quand tu veux en été, je te prête un bungalow près du mien".

Depuis, pour rester proche de la nature, je me balade à poils, mais chez moi.

Néanmoins, si l'aventure vous tente (parce qu'il existe, malgré mes sarcasmes, un véritable esprit naturiste respectueux et parfois même écolo) allez chez France 4 Naturisme, qui compte une dizaine de camps sérieux en France). Vous êtes frileux et pas adepte du camping, ou tout simplement pas prêt à passer 3 semaines à poils ? Tentez les plages naturistes pour la journée : vous expérimenterez vous aussi le sable entre les fesses et les plaisir du footing à poils !

A Philippe, qui m'a tout appris sur les tarifs des campings !