stageQuand j'y pense j'ai la tête qui tourne... Dans 6/8 mois je vais devoir faire un stage... A 33 ans... Après 10 années à torturer moi-même des stagiaires (enfin tous n'ont pas pleuré hein, seules une ou deux). Les boules !

  • Déjà j'anticipe assez mal ma postulation aux stages. Etant donné qu'on a l'habitude de voir des jeunes frais émoulus de la fac ou de l'école, 23 ans, la peau fraiche, la cuisse ferme se présenter pour des stages... Nous risquons de faire tâche, mon déambulateur et moi, dans les couloir feutrés de la Défense (j'déconne ! j'y mets plus les pieds à la Défense, c'est pour les sado-maso adepte de l'auto-flagellation)
  • Après, en admettant que je sois "prise"... Je connais toutes les ficelles du métier moi : aux stagiaires les mauvais bureaux avec la clim' sur la nuque, le siège cassé et l'ordinateur parkisonnien, aux stagiaires les stylos bic tous nazes (m'en fout, j'en ai piqué plein dans mon dernier boulot d'où qu'on m'a viré, et même si vous lisez ces lignes messieurs les auditeurs du monde de la terre, zavez qu'à venir chez moi les chercher vos Pilots Roller-tech !)...
  • Et puis, je vais avoir un chef. Alors qu'avant, c'est moi que les stagiaires appelait respectueusement "cheffe" (les meilleurs d'entre eux bien sûr). Sachant qu'en plus, j'ai un tout petit problème avec l'autorité, et que mes chefs à moi je les ai toujours choisis plutôt cools, je pense que ça va être dur de ne plus faire ce que je veux (des pauses déj de 3 heures, boire des cafés en papotant, updater facebook - et mon blog, my god !!!). Ca sent déjà la rebellion alors que ça n'a même pas commencé.
  • Enfin, voilà 10 ans que je travaille mon image, de la démarche à la garde-robe en passant par les lunettes pour avoir moins l'air d'une stagiaire... Et là, paf, au moment on arrêtait tout juste de me servir du "mademoiselle" (comme si j'étais une vieille fille toute cuite et sèche) et du "il est finit quand ton stage petite ?"... Pile au moment où je me disais "J'ai des rides, mais ça me rend crédible !", et bien je dois y retourner.

Comme vous l'aurez compris, pour cette raison, et pour des milliers d'autres, je flippe ma race en ce moment. Donc, un petit conseil si vous me croisez dans la rue ou à une party masquée, évitez tout commentaire sur "les trous dans les cévés", "ces inconscients qui changent tout après 10 ans dans des worlds companies" et autre "ah bon mais tu vas faire un stage ?!?" (+ tête de "j'ai vu la vierge en string léopard sur la place de la Bastille").
Parce qu'en gros, je risque de pleurer.