jim_morrison_narrowweb__300x425_0Ce matin j'ai fait tomber l'intégralité du rouleau de papier toilette dans la cuvette, pile au moment où je me disais : "Tiens ! C'est le dernier rouleau, va falloir aller à Monop" (je sais c'est honteux de faire ses courses à Monop quand on est au chômage mais je suis une sale bourge et on se refait pas !). Ça s'appelle la loi de Murphy ou LEM (loi de l'emmerdement maximum).
Ben le chômage, c'est pareil.

Je récapèpète pour ceux qui dorment au fond de la salle : un jour comme les autres en pleine crise des subprimes, avec des images de banquiers qui sautent par la fenêtre chez Pujadas, tu te dis "j'ai un de ces bols d'avoir un taff". Ce jour là, le boss de fin de niveau de Prince of Persia ta boite t'offre un joli carton pour te dire de dégager ton séant de SON chauffage (c'est son chauffage vu qu'il est actionnaire et pas toi). Loi de Murphy.
Ensuite y'a l'histoire du papillon à New York qui fait un tsunami à Singapour. Le battement de paupières du boss de fin de niveau fait que ton univers change du tout au tout, genre un peu comme une inversion des pôles ou le truc dément à la fin de "The day after tomorow" (je vous ai dit déjà ma passion pour le cinéma catastrophe de qualité) quand les mexicains finissent par accueillir les américains chez eux... Puis c'est l'effet boule de neige et genre d'un coup tes meilleurs amis de la life avec qui t'avais fait un pacte de sang vont vivre dans l'Oural. T'as les boules.
Du coup tu changes tout dans ta vie, non pas que t'aies réellement envie de tout changer, mais t'es bien obligé. Pis dans le lot des trucs à abandonner y'en a que tu regrettes pas comme le célibat. T'es dans l'enthousiasme de la création d'un monde meilleur pour toi et la planète, la frénésie du remaniement, le repositionnement de tes chakras (ça j'ai pas encore fait, c'est douloureux).
Et puis y'a un moment où, comme Jacques Chirac en son temps tu te dis : "Putain ! Deux ans !" (ok rien à voir mais c'est pour illustrer).

Donc 22 mois après mon premier post sur ce blog, ma vie a fait un tournant et moi avec.

Ça devenait critique, un peu comme quand on change de déco : après avoir changé 4 fois le canapé de place on est à cours d'idées et on est crevé (j'ai la métaphore pourave ce matin). Donc j'ai trouvé un job, genre ultra facilement sans me galérer une seconde, sans pleurer toutes les larmes de mon corps et sans imaginer une seule fois que j'allais finir par compléter mon RSA avec du faisage de frites chez Mac Crado. Je donc vais devoir briser le cœur de mon ami Pôle-Emploi, car oui lecteur désespéré : J'AI TROUVE UN KRAVAIL !!!!

Alors cher lecteur, je sais que tu te contrefous de savoir en quoi va consister mon travail (et je vais éviter la précision en la matière pour éviter que mon nouvel employeur ne découvre les écrits que commet sa nouvelle recrue)... Que je sois dresseuse de chatons, cantinière, tradeuse ou taulière ce qui t'intéresses c'est de savoir si mes amis vont revenir de l'Oural le blog va continuer.
La réponse est : I don't f... know (ceci est un indice sur mon nouveau job : je vais parler l'anglais).

Mais je te dis à très vite sur ces pages pour des détails croustillants sur ma rupture avec le Pôle-Emploi, et en attendant je m'en vais taquiner le requin en mer rouge pour fêter ça !